FANDOM


Les Préceptes sont la fondation de la Voie des 4 gueules et vont comme suit:

  1. La montagne est implacable, ne fléchit jamais. Renoncer à ce précepte fait perdre stabilité et robustesse.
  2. L'extérieur de la montagne est froid et glacé. Calme... une barrière protectrice contre les envahisseurs.
  3. Au coeur de la montagne est un feu éternel... un désir et une passion qui guident les pas.
  4. La montagne accueille ceux qui la marchent avec respect. Les humbles sont les bienvenus.
  5. La montagne perce vers le ciel, toujours grandissante.
  6. La montagne dort... ne la réveillez pas, car sa colère n'a d'égal.

Une histoire est associée à chaque précepte:

  1. Lorsque les puissants maîtres se sont présentés, les nains ont rapidement plié l'échine face à la puissance et à une promesse de pouvoir. Ainsi, ils ont abandonné leur héritage et en abandonnant cela, ils ont perdu la peau imperçable des Nains. Ils ont perdu la stabilité d'esprit et de corps. Ils sont tombés et ne sont plus fiers.
  2. Il y a de cela longtemps, les nains anciens qui suivaient les héritages ne vivaient pas sur la montagne mais bien à l'intérieur de celle-ci. Ils l'appréciaient comme un toit qui les protégeait des intempéries. Bien que l'extérieur n'est pas des plus accueillants, l'intérieur représentait un havre. Mais les tunnels n'étaient pas pour tous. Lorsque les patrons sont arrivés et ont enchaîné les nains, en ont fait des esclaves, les ont fait quitter l'intérieur puisque les tunnels ne leur étaient pas accueillant car ils étaient trop petits. En faisant cela, ils ont abandonné leurs défenses contre les terribles choses que ces mêmes patrons avaient envoyé pour les attaquer. En vivant à même le flanc de la montagne, le froid n'était plus une protection. La glace n'était plus une barrière. Ça devenait un obstacle. Les les nains se sont mis à avoir froid, c'est là qu'ils se sont mis à ne plus respecter le précepte. Ils ne voient plus la glace comme une armure mais comme un chasme. À ce moment, un nain cesse d'être un nain.
  3. Au cœur de toute montagne est ce même feu qui brûle sans fin. Par moment, il déferle sur les côtés de la montagne. Lorsque la montagne devient volcan, le feu devient danger. Mais toujours le feu est incertain. Il brasse l'imprévisible. Il danse. Le feu comme ceux qui nous guident, ne peut pas toujours être contenu. Lorsque les patrons sont arrivés, ils ont exigé des attitudes, mœurs, volontés qui n'étaient pas les leurs. Ils ont éteint le feu de ces nains. Lorsque l'on meurt, la passion cesse et lorsque le feu disparaît, lorsqu'ils n'avaient plus rien qui les forçaient à aller vers l'avant, c'est là qu'ils ont cessé d'être des nains.
  4. Lorsque les patrons ont fait leurs offres à ceux qui étaient des nains, il y a eu plusieurs changements et plusieurs des enfants, des bestioles, des sbires ont déferlé dans les montagnes, après que les nains les aient appelés, créés. Là où auparavant étaient villages, clans, lieux sécuritaires et saufs pour tout ami, maintenant est un piège à rat, un lieu où les gens venaient mourir, un lieu impitoyable, impardonnable. Il n'y a pas grand chose à dire sur ce précepte sauf que quand les patrons sont arrivés, ce fut un des premiers oubliés et ceux qui n'accueillent pas un prochain, ceux qui ne donnent pas une chance à leur prochain, ne marchent pas la voie de la montagne, ceux-là ne sont pas des nains.
  5. Ce précepte est important et crucial puisque c'est grâce à lui que nous avançons, nous grandissons en tant que peuple mais lorsque ce lieu serein d'amis, d'innocents, d'humbles a été laissé derrière, un contact a été perdu avec les autres peuples. Un contact qui était pourtant la promesse de ces patrons. Déjà avant des oublis arrivaient, les nains commencaient à s'éloigner. Les relations avec les humains se faisaient plus rares. Les nains grimpaient dans la montagne, ils comprenaient mal le précepte. La montagne grimpe afin de voir plus loin, plus haut et surtout d'accueillir plus, partager plus. Les gens ont oublié et les nains ne faisaient que grimper. Quand les patrons sont arrivés avec des promesses de fausseries de rebâtir ces relations, les nains ne grimpaient plus. Ni spirituellement, ni physiquement. Cela était la fin de notre peuple. Lorsque vous cessez d'essayer de vous dépasser, vous finissez par être le seul qui est grand et cela est un bien pire sort car vous êtes le seul à voir par dessus les nuages et il est dur de tirer les gens lorsque vous êtes déjà au dessus de tout ça.
  6. Les nains ont cessé cruellement d'être des nains. Au moment où leur chef, appelez le comme vous voulez, Le Tyrant, cette terrible créature qui a prit les mains qui avaient déjà tout donné, tout sacrifié. Il les a pris au moment où ils étaient si bas et ils les ont foudroyé avec un grand mal incurable mais les nains n'étaient plus. Une insulte contre le peuple lui-même. Rire de notre visage. Les traiter comme rien de plus qu'une ordure qu'on jette au bout d'un repas. Pourtant les nains l'ont pris. À aucun moment leur patrons n'ont même craint la rage de ces nains car ils étaient leurs rois maintenant. Et si vous oubliez ce qui vous guide, ce qui vous mène, cela vous mènera à ce chemin. Si au moment où vous détruisez ce qui compte le plus pour vous, vous ne vous insurgez pas, alors vous êtes déjà morts.

Back